Podcasts sur l'histoire

Les Amérindiens font revivre des courges à partir de graines trouvées dans un pot vieux de 800 ans

Les Amérindiens font revivre des courges à partir de graines trouvées dans un pot vieux de 800 ans


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Certains Amérindiens ont trouvé des graines de courge dans un pot vieux d'environ 800 ans et ont fait revivre la plante pour la première fois depuis des siècles. Les graines de la grosse courge orange vif ont été distribuées aux communautés autochtones et à d'autres, y compris certains étudiants universitaires au Canada qui ont fait pousser une grosse courge orange cet automne.

Il existe un mouvement mondial pour protéger le riche patrimoine de cultures vivrières de la planète contre les modifications génétiques, les catastrophes et la perte de diversité qui peuvent résulter du fait que les producteurs de denrées alimentaires ne cultivent que quelques variétés de fruits, légumes et cultures à haut rendement ou résistantes.

Winona LaDuke, une dirigeante autochtone qui s'est présentée à la vice-présidence avec Ralph Nader sur le ticket du Parti vert en 2000, a nommé la courge Gete Okosomin ou « grande vieille courge », indique un article de blog de l'American Indian Center de Chicago.

La renaissance de la courge géante survient à un moment où les scientifiques tentent de conserver les précieuses et très diverses variétés et espèces d'aliments végétaux du monde. En 2004, des scientifiques du monde entier ont ouvert une banque de graines sur une île norvégienne au nord du cercle polaire arctique, où les conditions froides et sèches sont propices à la préservation. Il y a déjà des centaines de milliers de types de graines vivrières dans le coffre-fort.

"Beaucoup de gens ne le savent pas, mais bon nombre de nos aliments traditionnels ont disparu, en grande partie à cause de l'approche industrielle de l'agriculture moderne qui privilégie quelques cultures de rente par rapport à toute une variété de fruits et légumes indigènes", déclare le blog de l'American Indian Center. « Les critiques suggèrent également que les organismes génétiquement modifiés tuent également les graines indigènes. C'est pourquoi Gete Okosomin est quelque chose à célébrer. Chaque fois que quelqu'un cultive avec succès Gete Okosomin et sauve les graines, c'est une victoire pour notre peuple. »

Des étudiants de l'Université mennonite canadienne ont fait l'actualité en octobre 2015 en cultivant des graines de courge mammouth, mais les Amérindiens du club de jardinage Growing Circle de l'American Indian Center et d'autres les avaient déjà cultivés. Le Growing Circle a reçu le cadeau de Sue Menzel de la tribu Ojibwe du Lac Courte Oreilles. Les membres du Growing Circle essaieront de s'assurer que la courge ne se pollinise pas pour préserver sa pureté.

Le Svalbard Global Seed Vault préserve des centaines de milliers de variétés et d'espèces de semences de fruits, de légumes et de cultures en Norvège. (photo CropTrust.org)

Les légumes et les fruits disponibles dans les épiceries modernes représentent une petite fraction des variétés existantes, selon Mother Nature Network. Au cours du siècle dernier, les producteurs de denrées alimentaires se sont efforcés de cultiver des variétés qui donnent un rendement élevé ou peuvent supporter le temps et la manipulation brutale du transport des produits sur de longues distances. Cependant, les gens du monde entier s'efforcent de préserver et de propager des variétés de plantes qui faisaient autrefois partie de l'alimentation.

Il y a eu des nouvelles ces dernières années sur les botanistes et les historiens travaillant pour restaurer et conserver les plantes et les graines menacées qui peuvent être perdues à jamais si aucune mesure n'est prise.

Un chercheur amérindien du Vermont a reproduit l'horticulture qui existait dans son état avant l'arrivée des Européens. Frederick Wiseman, professeur à la retraite et expert en ethnobotanique, a passé des années à rechercher et à travailler avec la civilisation maya au Guatemala et au Mexique. Mais au cours des deux dernières décennies, il a tourné son attention vers les plantes originaires de son pays natal.

Le Dr Wiseman travaille maintenant à identifier et à préserver les graines anciennes qui étaient vitales pour les Amérindiens Abénakis du nord-est de l'Amérique du Nord. L'histoire des plantes indigènes révèle une mine d'informations qui auraient autrement été perdues dans le temps. Il a retracé 26 variétés différentes, dont des courges, des haricots, du maïs, des artichauts, des cerises de terre et du tabac, a rapporté Ancient Origins en février 2015.

Le Dr Wiseman, d'ascendance abénakise lui-même, donne des présentations sur son travail, « Chasing Seeds: The discovery and restore of Ancient Wabanaki crop » au Vermont Archaeology Heritage Center.

Le Vermont Archaeology Heritage Centre écrit à propos de son projet Seeds of Renewal qu'il a «développé une stratégie complexe pour récupérer les produits élevés et consommés par les Abénakis du Vermont et leurs proches dans le Maine, le Québec et les Maritimes canadiennes. En plus des multiples variétés cultivées des soi-disant « trois sœurs » du maïs, des haricots et des courges, [le projet] a récupéré des cultures anciennes plus inhabituelles telles que les tomates en coque, les tournesols, les courges et le tabac. »

Fred Wiseman n'est pas seul dans sa quête pour préserver les graines anciennes. La chercheuse en botanique Elaine Solowey a ramené à la vie plus de 100 espèces rares ou presque éteintes dans le cadre d'un projet de 10 ans visant à étudier les plantes et les herbes utilisées comme remèdes anciens. Elle a cultivé des plantes et des herbes utilisées en médecine tibétaine, chinoise et biblique, ainsi que des remèdes populaires traditionnels d'autres cultures pour voir si leur efficacité peut être prouvée scientifiquement.

graines de courge Kabocha; ce ne sont pas les mêmes graines de courge que celles récemment relancées par les Amérindiens. (Creative Commons/ Flickr)

Plus particulièrement, le Dr Solowey a ressuscité un palmier dattier éteint à partir de graines vieilles de 2 000 ans trouvées lors d'une fouille archéologique à Massada, dans le district sud d'Israël. Le palmier dattier de Judée avait été délibérément éradiqué dans l'ancienne Judée en 70 après JC par l'invasion de l'Empire romain.

Pour essayer de garantir que la planète Terre conserve son grand patrimoine de plantes comestibles, des scientifiques ont fondé il y a des années le Svalbard Global Seed Vault , l'installation de stockage en Norvège qui préserve plus de 860 000 semences de cultures vivrières à partir de 2015. L'opération est financée par le gouvernement de La Norvège et le Global Crop Diversity Trust , dont la mission est de conserver la diversité des cultures de la planète pour la sécurité alimentaire des générations actuelles et futures.

Le coffre à graines peut stocker jusqu'à 4,5 millions de variétés et d'espèces, pour une capacité totale de 2,5 milliards de graines. (photo CropTrust.org)

Les plantes vont « des variétés uniques des principaux aliments de base africains et asiatiques tels que le maïs, le riz, le blé, le niébé et le sorgho aux variétés européennes et sud-américaines d'aubergine, de laitue, d'orge et de pomme de terre. En fait, le coffre-fort contient déjà la collection la plus diversifiée de semences de cultures vivrières au monde », explique CropTrust.org.

MISE À JOUR DE L'ÉDITEUR – 4 DÉCEMBRE 2015

À la suite du reportage de l'histoire ci-dessus, qui a fait l'objet d'une couverture médiatique mondiale, Kenton Lobe, professeur d'études environnementales à l'Université mennonite canadienne de Winnipeg, au Manitoba, a déclaré qu'il y avait des inexactitudes dans la couverture médiatique internationale de l'histoire. L'Indian Country Today Media Network rapporte que bien que les origines des graines de courge soient en effet anciennes dans la mesure où elles sont cultivées depuis environ 5 000 ans, rien ne permet de penser que les graines aient été trouvées dans un pot vieux de 800 ans. Il semble plutôt que les peuples autochtones appartenant à la nation Miami de l'Indiana ont cultivé et conservé les graines jusqu'à nos jours, en prenant grand soin de les polliniser à la main et de conserver la pureté de l'espèce. Nous nous excusons pour cette inexactitude.

Image vedette : La courge sur cette photo n'avait pas été cultivée depuis des centaines d'années. Les Amérindiens l'ont relancé après avoir trouvé des graines dans un pot vieux de 800 ans. ( Mère News Network photo )

Par : Mark Miller


Des archéologues déterrent un pot amérindien vieux de 800 ans. Ce qu'ils ont trouvé à l'intérieur change l'histoire | Dustin McGladrey | Blogues | En ondes | CFWE

En 2008, lors d'une fouille dans la réserve Menominee de la Première Nation dans le Wisconsin, des archéologues ont fait une petite mais étonnante découverte : un petit pot en argile.

Bien qu'il n'ait peut-être pas semblé très impressionnant à première vue, ce petit morceau de poterie était déterminé à avoir environ 800 ans.

Et à l'intérieur de ce pot ? Quelque chose qui change la façon dont nous envisageons l'extinction, la préservation et le stockage des aliments, ainsi que la façon dont les humains ont influencé la planète à leur époque.

C'est incroyable de penser qu'un petit pot d'argile enterré dans le sol il y a 800 ans serait toujours d'actualité aujourd'hui, mais c'est vrai ! Il a en fait apporté une espèce de courge éteinte qui était présumée être perdue à jamais. Remerciez nos ancêtres autochtones! Même eux savaient ce que la préservation signifiait. Ils connaissaient l'importance de l'avenir, n'est-il pas étonnant qu'ils affectent nos conditions de vie même à ce jour ?

C'est ici! Le pot a été déterré dans la réserve de Menominee dans le Wisconsin, où il était enterré depuis 800 ans.


‘Extinct Squash’ Cultivé à partir de graines d'héritage de 800 ans

Une espèce de courge que l'on croit éteinte a été cultivée à partir de graines vieilles de 800 ans trouvées lors d'une fouille archéologique.

Un groupe d'étudiants de Winnipeg, au Canada, a prouvé que les graines d'héritage peuvent être viables même si elles ont été enterrées pendant des siècles. Ils ont fait une fête en septembre pour célébrer la découverte.

"Il y a eu des fouilles archéologiques sur les terres des Premières Nations (autochtones) dans le Wisconsin et ils ont trouvé un récipient en argile de la taille d'une balle de tennis, et dans ce récipient, ils ont trouvé des graines", a déclaré Brian Etkin, coordinateur du Garden of Learning. Nouvelles APTN.

Etkin a aidé un groupe d'étudiants des Premières Nations à faire pousser la courge à partir des graines, puis à en manger une partie.

Les graines sont celles de ce qui a été surnommé « Gete-okosomin », une variété de courge que personne n'avait vue ni mangée depuis des siècles. Les archéologues ont trouvé les graines lors d'une fouille dans la réserve Menominee près de Green Bay, Wisconsin, en 2008, Le Chicago Tribune signalé.

"Ils ont trouvé une boule d'argile (utilisée) pour stocker les graines", a déclaré Susan Menzel de l'American Indian Center de Chicago. La Tribune. « Il a été daté au carbone il y a 850 ans. »

"Vraiment cool vieille courge"

Les graines ont été remises à Winona LaDuke, une défenseure des semences patrimoniales et de l'indépendance alimentaire des Autochtones. LaDuke a essayé de fournir les graines aux groupes autochtones à travers les États-Unis et le Canada.

Gete-okosomin se traduit par "vieille courge vraiment cool", La Tribune signalé. Les résultats de plantation ont été très impressionnants, selon les jardiniers.

"J'ai planté quatre graines", a déclaré Menzel à propos de la courge qu'elle a plantée sur la réserve Ojibwe du lac Courte Oreilles près de Hayward, dans le Wisconsin, en 2013. "En juillet, les vignes mesuraient plus de 25 pieds de long. … Au moment où nous avons terminé, nous en avions deux douzaines (courges). Le plus grand mesurait 3 pieds de long, 18 livres.”

L'indépendance alimentaire et la nourriture locale sont des problèmes importants pour les Amérindiens en raison de leur histoire. Au cours du 19 e siècle, le gouvernement des États-Unis a réussi à mettre fin à la résistance des Amérindiens à la frontière en détruisant leurs réserves de nourriture. Cela a forcé les tribus à s'installer dans des réserves, où beaucoup d'entre elles dépendaient des aumônes du gouvernement pour la nourriture.

La culture réussie de Gete-okosomin prouve que les semences patrimoniales sont une source de nourriture viable qui peut survivre des siècles.

Ceux qui s'intéressent à la conservation et à la survie des aliments à long terme devraient tirer une leçon de nos ancêtres amérindiens.

Quelle est votre réaction à cette histoire ? Partagez vos impressions dans la section ci-dessous :


Une courge éteinte ramenée à la vie à partir de graines d'héritage de 800 ans

Un groupe d'étudiants a redonné vie aux graines et a réussi à faire pousser une espèce de courge qui aurait disparu depuis plus de 800 ans.

Les graines sont celles de ce qui a été surnommé « Gete-okosomin », une variété de courge que personne n'avait vue ni mangée depuis des siècles. Les archéologues ont trouvé les graines lors d'une fouille dans la réserve de Menominee près de Green Bay, dans le Wisconsin, en 2008, a rapporté le Chicago Tribune.

"Vraiment cool vieille courge"

Les graines ont été remises à Winona LaDuke, une défenseure des semences patrimoniales et de l'indépendance alimentaire des Autochtones. LaDuke a essayé de fournir les graines à des groupes autochtones à travers les États-Unis et le Canada.

Gete-okosomin se traduit par « une vieille courge vraiment cool », a rapporté The Tribune. Les résultats de plantation ont été très impressionnants, selon les jardiniers.

«J'ai planté quatre graines», a déclaré Menzel à propos de la courge qu'elle a plantée sur la réserve Ojibwe du lac Courte Oreilles près de Hayward, Wisconsin, en 2013. «En juillet, les vignes mesuraient plus de 25 pieds de long. … Au moment où nous avons terminé, nous en avions deux douzaines (courges). Le plus grand mesurait 3 pieds de long, 18 livres.

L'indépendance alimentaire et la nourriture locale sont des problèmes importants pour les Amérindiens en raison de leur histoire. Au cours du XIXe siècle, le gouvernement des États-Unis a réussi à mettre fin à la résistance des Amérindiens à la frontière en détruisant leurs approvisionnements alimentaires. Cela a forcé les tribus à s'installer dans des réserves, où beaucoup d'entre elles dépendaient des aumônes du gouvernement pour la nourriture.


Une histoire de graines vieilles de 800 ans ramenées à la vie

Il y a une histoire virale qui a fait le tour du Web à propos de graines anciennes qui ont été trouvées lors d'une fouille archéologique. Il a été dit que lors d'une fouille sur les terres des Premières Nations dans le Wisconsin, des archéologues ont trouvé un petit pot en argile avec des graines à l'intérieur qui dataient de 800 ans. Les graines ont ensuite été remises à des étudiants de l'Université mennonite canadienne de Winnipeg, qui avaient apparemment planté et ressuscité avec succès l'ancienne courge (connue sous le nom de Gete-Okosomin), qui pesait plus de 30 livres.

La courge Gete-Okosomin de 30 livres

Bien qu'une histoire comme celle-ci soit certainement fascinante et imite en fait une histoire similaire de préservation ancienne, ce n'est pas exactement la vérité de ce qui s'est réellement passé. Selon Kenton Lobe, professeur d'études environnementales à l'Université de Winnipeg, &ldquothere n'était pas une boule d'argile&rdquo. Le professeur a récemment déclaré que l'histoire réelle était légèrement moins glamour et en même temps une histoire qui donne de l'espoir.

L'image de ce pot en argile ne faisait pas partie de l'histoire réelle : &ldquoNous n'avons aucune idée d'où vient l'idée de la boule d'argile.&rdquo

Il a déclaré que les graines étaient en fait un cadeau et non une découverte archéologique et donnée par des jardiniers âgés de la nation Miami de l'Indiana. Ces graines ont été conservées par pollinisation manuelle pour maintenir leur pureté depuis plus de 5000 ans.

&ldquoAu lieu d'être négligée pendant 800 ans, elle a été cultivée pendant des milliers d'années par les Miami. Ils ont géré la graine année après année, la protégeant de la pollinisation croisée et de la modification », a déclaré Zachary Paige, qui travaille avec White Earth Seed Library, qui aide également à préserver ces graines.

&ldquoAu lieu d'être négligé pendant 800 ans, il a été cultivé pendant des milliers d'années.&rdquo

"Nous parlons de connaissances agricoles importantes", a déclaré Lobe. &ldquoLe Miami a maintenu une variété de courges qui est prolifique, c'est énorme et ça a un goût incroyable. Chaque fois que vous avez quelque chose comme ça, cela vous donne un aperçu de ce que les gens mangeaient et des connaissances agricoles qu'ils possédaient.&rdquo

Kenton Lobe et Caroline Chartrand à Mennonite University Farm exhibant la courge Gete-Okosomin qui y est cultivée. (media.cmu.ca)

Il est inspirant de savoir qu'il existe encore des gens qui reconnaissent l'importance de protéger les semences. Nous vivons à une époque où les grandes entreprises agroalimentaires, telles que Monsanto, détruisent agressivement la pureté des semences en modifiant génétiquement, en brevetant et en plantant leurs semences sur de vastes étendues de terres. Cela leur a finalement donné le pouvoir de fermer les fermes locales où des semences brevetées ont été découvertes et même lorsque la plantation de ces semences n'était pas intentionnelle.

&ldquoQui contrôle l'approvisionnement alimentaire contrôle les gens.&rdquo &ndash Henry Kissinger

Ainsi, bien que l'histoire captivante des graines perdues et trouvées vieilles de 800 ans ne soit pas l'exacte vérité, nous pouvons célébrer le fait que la nature peut être préservée, et ce depuis des milliers d'années par des êtres humains autochtones qui ont vécu en harmonie avec La terre.

En fin de compte, je crois que cette histoire nous aide à réaliser l'importance de prendre soin de ce que nous avons maintenant, car ne pas nous soucier entraînera sûrement son absence. Comme le déclare Lobe : &ldquo&rsquo est quelque chose qui résonne culturellement lorsque nous partageons une graine patrimoniale qui a été récupérée.&rdquo


Des archéologues déterrent un pot amérindien vieux de 800 ans

En 2008, lors d'une fouille dans la réserve de la Première nation Menominee dans le Wisconsin, des archéologues ont fait une petite mais étonnante découverte : un petit pot en argile.

Bien qu'il n'ait peut-être pas semblé très impressionnant à première vue, ce petit morceau de poterie était déterminé à avoir environ 800 ans.

Et à l'intérieur de ce pot ? Quelque chose qui change la façon dont nous envisageons l'extinction, la préservation et le stockage des aliments, ainsi que la façon dont les humains ont influencé la planète à leur époque.

C'est incroyable de penser qu'un petit pot d'argile enterré dans le sol il y a 800 ans serait toujours d'actualité aujourd'hui, mais c'est vrai ! Il a en fait apporté une espèce éteinte de courge qui était présumée être perdue à jamais. Remerciez nos ancêtres autochtones! Même eux savaient ce que la préservation signifiait. Ils connaissaient l'importance de l'avenir, n'est-il pas étonnant qu'ils affectent nos conditions de vie même à ce jour ?

C'est ici! Le pot a été déterré dans la réserve de Menominee dans le Wisconsin, où il était enterré depuis 800 ans.

À l'intérieur, les archéologues ont trouvé une cachette de graines. Les graines étaient probablement enterrées dans le pot comme méthode de stockage de nourriture. Il a été déterminé qu'il s'agissait d'une ancienne espèce de courge aujourd'hui disparue.

Aujourd'hui, sept ans après avoir fait cette découverte étonnante, des étudiants de Winnipeg ont décidé de semer les graines vieilles de 800 ans. À la stupéfaction de tous, quelque chose a grandi !

La courge s'appelait Gete-okosomin. Cela signifie "Cool Old Squash" dans la langue Menominee. (Respect aux scientifiques pour avoir respecté les peuples autochtones sur lesquels cela a été trouvé, nous voyons votre bonne nature !)

Maintenant, ils travaillent à cultiver la courge pour qu'elle ne s'éteigne pas à nouveau.

Ce n'est peut-être qu'une humble courge, mais c'est aussi un symbole de la communauté et de l'histoire des Premières Nations, ainsi qu'un regard fascinant sur la beauté des plantes.

Cela montre simplement que les plantes peuvent être assez incroyables... et que parfois, l'histoire a une drôle de façon de revenir. La Roue de la Vie se démarque vraiment dans ce cas de l'histoire. Nos racines autochtones sont fortes et très liées à la terre. On m'a appris une fois que les habitants de l'île de la Tortue étaient les gardiens de la terre, pas les propriétaires. J'ai l'impression que cette courge est la preuve de cet enseignement.

Découvrez l'histoire originale et le rôle de White Earth Land Recovery Project (où les gardiens de graines s'occupent de ces graines) ou de Winona LaDuke (qui a nommé la courge) !


Des archéologues découvrent le contenu rare d'un pot amérindien vieux de 800 ans

Comme le raconte l'histoire, en 2008, des archéologues ont découvert un petit pot en argile dans la réserve Menominee de la Première nation dans le Wisconsin. Le petit ingrédient qu'ils ont trouvé à l'intérieur du pot change le cours de l'histoire.

Les chercheurs ont déterminé que le petit morceau de poterie devait avoir au moins 800 ans. Son contenu implique l'extinction, la préservation, le stockage des aliments et à quel point l'existence humaine a influencé notre planète pendant des centaines d'années.

http://bit.ly/2onv3H2

Le pot contenait une réserve de graines pour faire pousser une espèce de courge éteinte. La courge a reçu le nom de Gete-okosomin, qui signifie « Big Old Squash » ou « Cool Old Squash » dans la langue traditionnelle de la tribu Menominee.

La communauté travaille maintenant pour s'assurer que la courge ne s'éteint pas à nouveau. Les graines sont un symbole de l'histoire des Menominee, et leur méthode de conservation est un indice sur le mode de vie des ancêtres Menominee d'origine.

Sept ans après la découverte, les étudiants de Winnepeg ont eu la possibilité de planter les graines. Les graines ont poussé ! Ils produisaient de grosses courges oblongues orange vif et or. La société Baker Creek Heirloom Seeds les décrit comme « doux, avec des notes de melon et possédant une merveilleuse texture lisse ».

http://bit.ly/2onv3H2

Une graine de Gete-okosomin peut faire pousser une courge de 2 à 3 pieds de long et peser jusqu'à 18 livres. La courge est décrite comme facile à cultiver. Pour 2017, Baker Creek Heirloom Seeds fait don de tous les profits de la vente du Gete-okosomin à des organisations caritatives de jardins amérindiens.

L'histoire de la découverte dans un pot en argile a été contestée par des experts qui pensent que la graine a été cultivée pendant des années par la tribu de Miami. "Ce n'est pas une chose archéologique abstraite", a déclaré Kenton Lobe, professeur d'études environnementales à la Canadian Mennonite University à Winnipeg. « C'est un moyen de se reconnecter aux premiers peuples et de reconnaître leur héritage agricole. »

http://bit.ly/2onv3H2

"C'est une variété délicieuse", David Wrone, professeur émérite à l'Université du Wisconsin. «Et il n'a pas la croûte que beaucoup de courges modernes ont. J'imagine que les gens de Miami l'ont coupé en tranches, séché et mis dans les chevrons de leurs maisons. Ensuite, ils pourraient le retirer et l'utiliser dans leur cuisine, le jeter avec du lapin, du maïs ou du riz sauvage. Ça a l'air d'être un bon repas !

Il y a quelques années, la tribu Menominee a attiré l'attention nationale pour son implication dans une affaire fédérale en 2015 lorsque la DEA a éradiqué environ 30 000 plants de marijuana dans la réserve. Le Menominee a contesté que les plantes étaient du chanvre industriel à des fins de recherche, comme sanctionné pour la croissance en vertu d'un amendement de 2014 au Farm Bill. Les tests de l'administration se sont révélés positifs pour les niveaux de THC, indiquant que les plantes étaient de la marijuana.


Des scientifiques ont déterré un pot en argile vieux de 800 ans, et ce qu'ils ont trouvé à l'intérieur est tout simplement incroyable !

Un groupe d'étudiants de Winnipeg, au Canada, a eu un coup de chance incroyable lorsqu'ils ont eu l'occasion rare de récolter une courge inhabituelle à partir de graines vieilles de 800 ans, et plus tard, de la goûter. Ils étaient "Vraiment Cool Old Squash!"

Ces graines mystérieuses, que l'on croyait éteintes depuis des centaines d'années, ont été déterrées par des archéologues lors d'une fouille archéologique dans la réserve de Menominee près de Green Bay, dans le Wisconsin, aux États-Unis.

Ils ont trouvé ces graines rares enfouies dans une boule d'argile. Ce récipient en argile aurait été daté au carbone il y a 850 ans.

"Il y a eu des fouilles archéologiques sur les terres des Premières Nations (autochtones) dans le Wisconsin, et ils ont trouvé un récipient en argile de la taille d'une balle de tennis, et dans ce récipient, ils ont trouvé des graines", Brian Etkin, consultant en programmes d'études du Garden of Learning. , a déclaré APTN News.

Ces étranges graines séchées de forme ovale, qui auraient environ 8 siècles, étaient en fait des graines conservées d'une ancienne variété de courge éteinte plantée par les Amérindiens.

Certaines de ces graines de courge conservées ont ensuite été récoltées par des étudiants de l'Université mennonite canadienne de Winnipeg, au Canada, pour prouver leur viabilité.

Et de façon inattendue, ces semences patrimoniales ont encore prospéré sur le sol canadien dans les conditions actuelles. Ils ont produit des courges absolument énormes et délicieuses!

« En juillet, les vignes mesuraient plus de 25 pieds de long. … Au moment où nous avons terminé, nous en avions deux douzaines (courges). Le plus grand mesurait 3 pieds de long, 18 livres », a déclaré Susan Menzel de l'American Indian Center de Chicago.

Cette variété de courge autrefois éteinte a reçu le nom de Gete-okosomin, un mot anishinaabe pour « vieille courge vraiment cool »

Les étudiants se seraient régalés de ces courges extrêmement grosses et allongées avec une teinte orange vif lorsqu'ils ont célébré leur précieuse récolte en septembre 2015.

Ces courges uniques auraient une longueur d'environ un pied

Les graines restantes ont été distribuées à Winona LaDuke, une défenseure des semences patrimoniales et de l'indépendance alimentaire pour les peuples autochtones aux États-Unis et au Canada, ainsi qu'à d'autres organisations et individus autochtones, dans l'espoir de faire revivre cette variété de courge autrefois disparue.

"Cette courge est représentative d'une tribu d'une grande communauté et tout le monde dans cette communauté ayant une place et de la nourriture étant un droit de citoyenneté", a déclaré Etkin.

Grâce aux efforts des étudiants, des organisations et des communautés, cette ancienne courge, Gete-okosomin, pourrait probablement être une source de nourriture viable sur nos tables à manger dans un proche avenir !


Un pot en argile vieux de 800 ans donne une découverte qui change l'histoire

En tant que participant au programme d'associés d'Amazon Services LLC, ce site peut gagner des revenus grâce aux achats éligibles. Nous pouvons également gagner des commissions sur les achats effectués sur d'autres sites Web de vente au détail.

Les archéologues sont tombés sur un pot en argile amérindien perdu, vieux de 800 ans. Ce qu'ils ont trouvé à l'intérieur change l'Histoire pour de bon !

Dans la réserve Menominee de la Première nation dans le Wisconsin, les archéologues ont fait une petite mais étonnante découverte : un petit pot en argile qui, selon les rapports, avait environ 800 ans. Bien que cela puisse sembler peu au premier abord, ce que les experts ont découvert à l'intérieur est plus que fascinant.

Le contenu du pot en argile vieux de 800 ans a changé notre vision de l'extinction, de la conservation et du stockage des aliments, ainsi que des nombreuses plantes anciennes qui existaient sur Terre dans un passé lointain et qui ont malheureusement été exterminées.

De temps en temps, les experts font des découvertes qui peuvent sembler moins importantes, mais qui ramènent à la vie de nombreux morceaux de mère nature.

Le mystérieux pot en argile était resté enfoui sous la surface pendant environ 800 ans. Très probablement, quelqu'un l'a enterré afin de préserver son contenu pour plus tard. Pour une raison quelconque, le pot en argile a été oublié et 800 ans plus tard, quelqu'un l'a déterré.

D'accord, qu'y a-t-il dedans ?

Le contenu du pot en argile s'est avéré être un DISPARU Espèces de ÉCRASER présumée perdue à jamais.

Mais, grâce à nos ancêtres indigènes, un petit morceau de mère nature a été sauvé de l'extinction.

Les peuples anciens savaient à quel point la préservation était importante, ils valorisaient le passé, le présent et l'avenir, contrairement à la plupart de la population de la Terre aujourd'hui.

Le pot en argile a été déterré dans la réserve de Menominee dans le Wisconsin, où il est resté enterré pendant au moins 800 ans. Son contenu a été miraculeusement conservé.

Lorsque les experts ont soigneusement ouvert le pot en argile vieux de 800 ans, ils ont découvert une cachette de graines. Les archéologues ont conclu que les graines étaient très probablement enterrées dans le pot afin de stocker des réserves de nourriture.

Les archéologues ont finalement décidé de voir quel type de graines avait été conservé pendant 800 ans. Les experts ont déterminé que les graines à l'intérieur du pot en argile vieux de 800 ans étaient une ancienne espèce de courge aujourd'hui disparue.

Finalement, quelqu'un a décidé de planter les graines. Le résultat : une courge éteinte vieille de 800 ans qui a changé l'histoire. Et le garçon a-t-il grandi !

L'ancienne courge s'appelait “Gete-Okosomin” qui signifie essentiellement “Courge ancienne fraîche” en Anishinaabe.

Désormais, les experts travailleront à la préservation de la courge en la préservant d'une extinction future.

Bien que cette courge presque éteinte pour certains puisse être juste une courge ordinaire, pour d'autres, c'est un ancien symbole d'une communauté et d'une histoire qui existait dans la région et, pour une raison quelconque, a décidé de préserver la nourriture en l'empilant dans des pots en argile pour les générations futures. trouve.

Pour en savoir plus consultez notre Conservation des semences sur Tumblr.

Si vous souhaitez aider à préserver Gete Okosomin, les cultures Anishinaabe, les systèmes agricoles, la langue et la culture, et bien sûr la terre elle-même, veuillez faire un don aux personnes qui le font le mieux : Projet de récupération des terres de White Earth.

La mission du Projet de récupération des terres de White Earth est de faciliter la récupération de l'assise territoriale d'origine de la réserve indienne de White Earth tout en préservant et en restaurant les pratiques traditionnelles de bonne gestion des terres, la maîtrise de la langue, le développement communautaire et le renforcement de notre patrimoine spirituel et culturel.


Courge éteinte de 800 ans cultivée à partir de graines d'héritage ressuscitées

L'importance des semences patrimoniales non-OGM a récemment été rendue extrêmement évidente avec une étrange découverte lors d'une fouille archéologique dans la réserve indienne Menominee de la Première nation dans le Wisconsin.

Un récipient en argile de la taille d'une balle de tennis a été retiré de la terre. Après la datation au carbone, les chercheurs ont découvert un assortiment de graines qui, selon eux, auraient plus de 800 ans. L'une des graines était une variété de courge que l'on croyait éteinte.

Un groupe d'étudiants canadiens a décidé de voir si les graines donneraient quelque chose. Lorsqu'ils ont planté les anciennes graines de courge patrimoniales qui avaient été enterrées pendant des centaines d'années, une courge a poussé – et généreusement. Le plus gros spécimen de la graine ressuscitée a grandi de 3 pieds de long et pesait 18 livres.

Nommée « Gete-okosomin », ce qui signifie « Big Old Squash » ou « Really Cool Old Squash », la graine représente notre souveraineté à travers les âges et l'importance de la conservation des semences patrimoniales. Cette graine ancienne nous rappelle également à quel point il est ridicule que les entreprises de biotechnologie dépensent des millions de dollars pour essayer de breveter des graines alors que les graines fournies par Mère Nature sont capables de résister à l'épreuve du temps.

La résurrection de Gete-okosomin nous montre également que les anciens peuples autochtones étaient assez sages pour conserver les graines en les plaçant dans des récipients. Pourquoi ne devrions-nous pas perpétuer cette tradition séculaire de conservation des semences pour protéger notre approvisionnement alimentaire ?

Sources:


Voir la vidéo: Soupe de courge thurgovienne et crostinis au Tilsit (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Megami

    Pas si cool

  2. Eberhardt

    Je suis désolé, mais, à mon avis, vous vous trompez. Écrivez-moi en MP, nous communiquerons.

  3. Zulkilmaran

    La réponse à votre question que j'ai trouvée sur google.com

  4. Eatun

    Vous n'êtes pas correcte. Je peux défendre ma position. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.

  5. Ripley

    Je peux te croire :)



Écrire un message